Khalibisnya Maginwulf

Khalibisnya Maginwulf Chien-loup de Saarloos

Chien-loup de Saarloos

FEDERATION CYNOLOGIQUE INTERNATIONALE (AISBL)
SECRETARIAT GENERAL: 13, Place Albert 1er B – 6530 Thuin (Belgique)

 



09.03.2017 / FR Standard FCI N°311

SAARLOOSWOLFHOND

(Chien-Loup de Saarloos





 



TRADUCTION : Dr J-M.Paschoud et prof. R.Triquet. Révision Dr. Claude Guintard et Marc Bridou. / Langue faisant foi : (EN).

ORIGINE : Pays-Bas.

DATE DE PUBLICATION DU STANDARD OFFICIEL EN

VIGUEUR : 03.11.2014.

UTILISATION : Le Chien-loup de Saarloos n’a pas été élevé en vue d’une prestation de service déterminée ; il possède des aptitudes qui lui permettent d’être un chien de compagnie et de famille fidèle et digne de confiance.




CLASSIFICATION FCI :


Groupe 1 Chiens de berger et de bouvier (sauf chiens de

bouvier suisses). Section 1 Chiens de berger.

Sans épreuve de travail.




BREF APERCU HISTORIQUE : Leendert Saarloos (1884-1969) aimait la nature et tout spécialement les chiens. Il était cependant d’avis que les chiens étaient trop humanisés et, en sa qualité d’amateur du Berger allemand, il avait l’intention de revivifier dans cette race les dispositions naturelles afin d’obtenir un meilleur chien d’utilité. Dans ce but, il croisa le mâle Berger allemand Gerard van der Fransenum, un chien de type prussien classique, avec Fleuri, une louve originaire de la branche sibérienne du type européen (1932). Par accouplement des descendants avec le père, il obtint une population de base dont les animaux étaient porteurs de plus d’un quart de sang de Loup. Au cours de la phase expérimentale suivante, grâce à une sélection sévère, il créa une nouvelle race, le « chien- loup européen ». Des exemplaires sélectionnés de cette nouvelle race donnant satisfaction comme chiens d’ aveugle, on crut en premier lieu que cette race serait apte à cet emploi.






Mais un apport augmenté de sang de Loup, avec le temps, l’hérédité utilitaire de l’aïlleul Gerard se perdit et il devint évident que cette race était en général peu apte au travail de chien d’utilité et en particulier à celui de chien d’aveugle. Le patrimoine de Leendert Saarloos, non pas un chien d’utilité, mais un chien doté de qualités naturelles, fut reconnu comme race en 1975.

En l’honneur de son créateur, on lui donna à l’époque le nom de « Chien-loup de Saarloos », distinction bien méritée.

ASPECT GENERAL : Le Chien-loup de Saarloos est un chien de forte constitution dont l’aspect extérieur (conformation, allures, robe) fait penser à un loup. Il est de construction harmonieuse et a des membres assez longs, mais qui ne donnent pas l’impression que le chien est haut sur pattes. Les caractères sexuels sont prononcés chez les mâles comme chez les femelles.

PROPORTIONS IMPORTANTES : Le Chien-loup de Saarloos est plus long que haut. Le rapport entre la longueur du museau et celle du crâne est de 1 : 1.

COMPORTEMENT / CARACTERE : Chien vif et débordant d’énergie, faisant preuve d’un caractère fier et indépendant. Il a la réputation d’obéir avant tout de sa propre et libre volonté. Il est attaché à son maître et est extrêmement fiable. Il peut se montrer réservé envers les étrangers et ne recherche généralement pas le contact. L’attitude réservée et semblable à celle du Loup pour éviter les situations inconnues est typique du Chien-loup de Saarloos.

TETE : La tête doit rappeler l’impression que fait celle d’un loup et correspondre harmonieusement dans ses dimensions avec le corps. Vue de dessus et de profil, la tête a la forme d’un coin.

La ligne qui va du museau à l’arcade zygomatique bien développée est très caractéristique. Conjointement à la forme adéquate et la position des yeux, cette ligne donne l’aspect recherché semblable à celui d’un loup.






REGION CRANIENNE :

Crâne : Il est plat et large ; en ce qui concerne sa largeur, il faut mettre en garde contre une largeur exagérée qui porterait atteinte à sa forme en coin typique. L’os occipital et le pourtour de l’orbite ne doivent pas être trop visibles ; l’arcade sourcilière doit se fondre sans heurt avec le crâne.

Stop : La dépression naso-frontale est peu marquée.


REGION FACIALE :

Truffe (nez) : Bien pigmentée. Le chanfrein est droit.

Museau : Vu de profil il n’est pas trop descendu et légèrement en forme de coin. Vu de dessus, il va en s’amenuisant légèrement et est harmonieusement rempli sous les yeux. Un museau trop grossier altère la forme typique semblable à celle du Loup.

Lèvres : Bien closes et jointives.

Mâchoires/dents : Les mâchoires supérieure et inférieure sont bien développées. En comparaison avec le crâne, la mâchoire supérieure ne doit pas paraître grossière. La mâchoire inférieure n’a rien de remarquable. Articulé en ciseaux complet et solide. Un articulé en ciseaux très ajusté est également acceptable. Yeux : De couleur jaune, en forme d’amande, placés légèrement obliquement, pas proéminents ni ronds, les paupières étant bien appliquées sur le globe oculaire. L ’ expression est attentive, réservée mais pas craintive. L’œil est très caractéristique de la race et souligne l’aspect recherché de ressemblance avec le loup. L’expression recherchée n’est obtenue que par un œil de couleur claire.

Il faut accorder une grande importance à la couleur, la forme et la bonne position de l’œil. Chez le sujet plus âgé, la couleur jaune de l’œil peut devenir plus foncée, mais le ton jaune d’origine persiste à travers elle. La couleur brune est un défaut. L’orbite se fond imperceptiblement dans le crâne. Une orbite trop marquée conjointement à une arcade sourcilière accentuée et un stop marqué sont des défauts.

Oreilles : De grandeur moyenne, fermement dressées, triangulaires avec une extrémité arrondie ; leur face interne est couverte de poil. Les oreilles sont attachées à hauteur de l’œil. Elles sont très mobiles et expriment l’humeur et les émotions du chien.






COU : Sec et bien musclé ; il se fond en ligne harmonieuse avec le dos ; de même, la ligne de la gorge se fond sans heurt avec le poitrail. En hiver, surtout grâce au poil de saison, le cou peut s’orner d’une belle collerette. Le fanon est minimal et ne frappe pas le regard. Il est caractéristique que, chez le chien-loup de Saarloos au petit trot, la tête et le cou forment une ligne presque horizontale.

CORPS :

Dos : Droit et fort.

Rein : Solide, bien musclé, ni court ni étroit.

Croupe : large et assez longue

Poitrine : La ligne harmonieuse de la poitrine atteint au maximum le niveau des coudes. Vus de face, le poitrail et l’inter-ars paraissent modérément larges. Il convient d’éviter une région thoracique trop massive, car elle altérerait la silhouette typique qui caractérise ce trotteur-né. Les côtes sont bien cintrées, sans exagération. La silhouette est plutôt élancée et très semblable à celle du Loup.

Ligne du dessous et ventre : Tendue et légèrement remontée.


QUEUE : Elle est large à sa naissance et abondamment pourvue de poils ; elle atteint au moins le niveau du jarret. Elle semble attachée un peu bas, fait qui est souvent accentué par une légère dépression près de l’attache.

La queue est portée légèrement en forme de sabre à presque entièrement droite. Quand le chien est excité ou au trot, elle peut être portée plus haut.

MEMBRES

MEMBRES ANTERIEURS :

Vue d’ensemble : Les antérieurs sont droits et bien musclés. Les os ne sont pas grossiers et leur section est ovale. Par rapport au corps, les membres sont quelque peu graciles.

Épaule : De longueur normale.

Bras : De même longueur que l’omoplate. Angle entre l’omoplate et le bras normal, pas exagéré.






Coudes : Bien au corps, sans être serrés contre la poitrine. Vu l’arcure des côtes et la localisation correcte de l’épaule et du bras, l’écartement entre les deux coudes est, vu de face, modérément large. Avant-bras : Droits et parallèles, ossature forte d’une longueur et d’une densité suffisantes.

Carpe : Articulations fortes.

Métacarpe (pâturon) : Légèrement incliné
.

Pieds antérieurs : Pieds de lièvre, bien musclés et cambrés, avec des coussinets fortement développés. En station, un pied légèrement tourné vers l’extérieur est admis.

MEMBRES POSTERIEURS :

Vue d’ensemble : A cause de l’attache basse de la queue, qui est fréquemment accentuée par une légère dépression, le bassin donne souvent l’impression d’être plus oblique. Les angles des postérieurs sont en harmonie avec ceux des antérieurs. Les allures légères typiques de la race dépendent dans une grande mesure de la bonne angulation du grasset et du jarret. Le moindre écart empêche le déroulement de ce mouvement typique. Chez le chien en station, les jarrets légèrement clos sont autorisés.

Cuisse : De longueur et largeur normales, bien musclée.

Grasset (genou): Pas exagérément coudé.

Jambe : De longueur à peu près égale à la cuisse et bien musclée Jarret : L’angle ne doit pas être exagéré. Les os et les muscles permettent une extension optimale de l’articulation.

Métatarse : De longueur moyenne et légèrement oblique chez le chien en station.

Pieds postérieurs : Bien développés, bien cambrés.


ALLURES : Le Chien-loup de Saarloos est un trotteur typique et endurant aisément capable de franchir de longues distances à sa cadence particulière. Son allure naturelle ne le fatigue guère et rappelle celle du Loup. Il se distingue d’autres races par son allure légère très spécifique.






Le bon déroulement des mouvements dépend fortement de différents détails de construction corporelle ; avant toute chose, ce sont les angulations entre les différents membres qui exercent la plus forte influence.

Les solides articulations du carpe et les jarrets légèrement inclinés permettent de bons mouvements souples, élastiques et naturels. Au trot franc et dégagé, le Chien-loup de Saarloos porte la tête et le cou presque horizontalement ; c’est alors que la position des yeux et la forme cunéiforme de la tête sont caractéristiques. Au trot soutenu, allure typique de la race, le chien ne présente pas une allonge exagérée ; tout comme une poussée trop forte, une allonge exagérée déformerait l’allure typique et légère qui est un modèle idéal de mouvement économe en énergie.

ROBE

Poil : Le pelage est différent en été et en hiver. En hiver, c’est généralement le sous-poil qui est prédominant ; avec le poil de couverture il forme une fourrure abondante qui couvre tout le corps et dessine autour du cou une collerette bien définie. En été, c’est le poil de couverture qui prédomine sur tout le corps. Des différences de température en automne et en hiver peuvent exercer une grande influence sur le sous-poil ; mais la prédisposition à former du sous- poil doit au moins être présente. Il faut que le ventre, la face interne des cuisses et aussi le scrotum soient recouverts de poil.

Couleur: Les couleurs vont du sable au fauve charbonnés (poil de sanglier, poil de lièvre), dit «gris-loup» et du sable au fauve charbonnés de marron. Les marques typiques du Loup sont de couleur blanc-crème clair à blanc. Ces marques claires caractéristiques du Loup s’étendent à la région inférieure du corps, la face interne et la région postérieure des membres, les culottes et sous la queue.

La pigmentation de la truffe, du bord des paupières, des lèvres et des ongles doit être noire chez le Chien-loup de Saarloos « gris- loup », blanc ou blanc-crème. Elle doit être de couleur foie chez le sujet marron.






A la face externe des membres, aussi bien le sujet « gris-loup » que le sujet marron présentent un poil de couleur plus foncée. Ils devraient aussi avoir un masque qui souligne l’expression.

TAILLE ET POIDS : Hauteur au garrot

pour les mâles de 65 à 75 cm,

pour les femelles de 60 à 70 cm. De légers écarts vers le haut sont admis.

DEFAUTS : Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité et de ses conséquences sur la santé et le bien être du chien.


  • Œil trop rond, yeux proéminents.

  • Orbite trop fortement accentuée, avec les sourcils qui ne se fondent pas en ligne harmonieuse avec le crâne, ce qui va avec un stop marqué et des yeux trop ronds.

  • Oreilles attachées trop haut ou/et oreilles pointues.

  • Oreilles trop écartées.

  • Corps trop descendu, trop court.

  • Queue enroulée, queue portée sur le dos.

  • Ossature des membres trop grossière.

  • Couleurs trop peu intenses.

  • Formation d’une selle noire due à une mauvaise répartition des poils foncés.


? DEFAUTS ENTRAINANT L’EXCLUSION :




Chien agressif ou chien peureux.

Tout chien présentant de façon évidente des anomalies d’ordre

physique ou comportemental sera disqualifié. Manque de type de la race.

Couleurs autres que les couleurs admises.






N.B. :


  • Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal

    complètement descendus dans le scrotum.

  • Seuls les chiens sains et capables d’accomplir les fonctions pour

    lesquelles ils ont été sélectionnés, et dont la morphologie est typique de la race, peuvent être utilisés pour la reproduction.